Les souks de Tunis

Les Souks de la médina de Tunis est un centre commercial et artisanal actif et bien diversifié. Elle joue un rôle primordial et très important pour l’agglomération entière. En effet, la clientèle drainée par la Médina est constituée par ses habitants ou encore ceux des quartiers populaires, aussi par les citadins qui viennent d’autres quartiers périphériques afin de s’y approvisionner pour certains articles traditionnels que l’on peu trouver ici comme les couvertures, les articles de décoration ainsi que les bijoux et enfin par les touristes qui viennent admirer l’histoire et la tradition de la médina de Tunis représenté à travers ses ruelles et ses produits artisanales.
Les transformations récentes qu’a connues la médina ont fini par lui donner un profil économique dans lequel, le secteur tertiaire domine d’une façon très large au détriment des activités de production, notamment l’artisanat. En effet, les propositions relatives au secteur de l’économie touchent d’une grande part les souks traditionnels qui se trouve au cœur de la médina, et d’une autre part l’espace économique de la médina elle-même.

les-souks-de-tunis

Au cœur de la médina, on trouve les Souks qui ont été édifiés à partir du XIIIème siècle. Mais, certainement la vie artisanale existait bien avant cette date, qui marque le règne des sultans Hafsides. Très vite, les souks sont organisés selon un schéma simple selon les différentes nuisances inhérentes aux métiers. Les métiers qui sont autrefois appelés nobles se situent près du cœur de la médina, constitué par la partie haute et occidentale de la ville ainsi que la mosquée Zitouna, regroupés là bas car ne causent ni nuisance odorante ou sonore. Le reste des métiers sont relégués vers la partie basse (Bab El Bhar) et orientale de la ville ou dans la périphérie. Et par la suite apparaît ce qu’on nomme une hiérarchie des métiers au sein des souks de la médina.
-Souk El –koumach: souk des étoffes
Souk El Koumech a été fondé au IX/Xème siècle par le Sultan Abou Amr Otman longeant le côté Ouest de la grande mosquée. Il est en effet constitué de 3 allées séparées par 2 rangées de colonnes. L’allée centrale est plus large que les allées latérales, elle est conçue pour la promenade et la circulation, celle-ci donne sur les boutiques où on y vend des vêtements et des étoffes, typiquement tunisiens.
Deux portes défendent l’accès de ce souk.
-Souk el Attarine : ou Souk Des parfumeurs :
Ce souk a été construit en 1240 J.C sous l’ordre du fondateur de la dynastie Hafside: le souverain Abou Zakaria Ier. Il est connu comme le plus ancien de Tunis.
Il se situe dans l’immédiate proximité de la grande mosquée Zitouna. Dans ce Souk, on vend des parfums composés d’essences précieuses ainsi que rares mais on y trouve aussi de l’encens qui provenait du Yémen et de l’Inde, ainsi que quelques produits de beauté. On peu aussi remarquer la présence d’autres éléments tel que les bougies et les cierges qui se trouvent ici en bonne place, réunis en chandeliers à 5 branches. Ils brûlent pendant la cérémonie de l’application du «henné» à la mariée et constituent l’offrande privilégiée aux saints. Les corbeilles et les accessoires de mariage capitonné de satin aux couleurs pastel sont destinés à contenir les cadeaux offerts par le fiancé à sa future épouse.
-Souk En-nessa: le Souk des femmes :
Ce Souk est perpendiculairement au Souk de la laine particulièrement au Sud de la mosquée Ezzaytouna. L’origine de son nom revient aux activités effectués dans ce Souk car les femmes y venaient vendre et acheter des produits de l’industrie familiale: vêtements féminins, dentelles et voiles… etc.
En faite beaucoup de vêtements anciens sont tombés en désuétude et cette spécialisation a disparu.
-Souk el Birka :
Le souk el Berka a pour origine le marché aux esclaves noirs de la capitale Tunis. Ce souk est de forme carré, avec une estrade en bois qui s’y trouve au milieu atteste encore de cette époque, enfaite c’était le lieu sur laquelle on présentait les esclaves de couleur noire dans le but de les vendre. En 1846, L’abolition de l’esclavage était décrétée en Tunisie par Ahmed Ier Bey et par la suite, ce souk s’était transformé en marché des bijoutiers spécialisé notamment dans l’argenterie et l’orfèvrerie. Ce souk reflète en effet l’engouement de la femme tunisienne pour les bijoux.
-Souk Es-Sabbaghine: le Souk des teinturiers :
Situé au quartier Sud-est de la médina centrale, dans la rue qui porte le même nom qui débouche sur Bab El Djazira, Souk Es-Sabaghine est célèbre par la concentration des artisans teinturiers.
Cette technique consiste à teindre, en premier lieu, des écheveaux et des cotonnades en bleu marine. Bien que leur technique ne soit plus très répandue Souk Es-Sabbaghine, et ses artisans existe encore dans même endroit.
-Souk El Leffa : Marché des Tissus en laine
Souk El- Leffa est réputé pour ses tapis est avant tout spécialisé dans le travail de la laine. Des commerçants et des marchants originaires de l’île de Djerba installés dans se Souk afin de vendre des vêtements et couvertures en laine tissés à Djerba ou d’autre provenance surtout de Gafsa ou encore du Djérid (Tozeur). Et c’est pour cette raison que si souvent on le nomme marché des Djerbiens. Dans son ensemble, le souk offre une ambiance d’antan, plus calme et plus sereine que celle régnant dans le reste des autres souks.
-Souk Blaghjïa
Le Souk remonte au XIIIème siècle, à l’époque du Sultan Hafside Abou Zakaria.
Suite à l’existence de la Madrasa Ech-chammaïya (école des fabricants de cierges) dans ce Souk, il était connu en effet sous le nom de «Souk Ech -chammïyn».
Avec l’arrivée des Mouradites, le Souk devenait un marché des fabricants et marchands de «Balgha» qui signifie les pantoufles en cuir jaune servent pour marcher pour les hommes, et la «Chebrella» sont les pantoufles qui sont fabriqués en cuir de chèvres avec un contour de couleur jaune pour les femmes.
On comptait huit cent fabricants de «Balgha» en 1890, dans cent cinquante boutiques, assistés par cent soixante quinze maîtres artisans.
Il existe d’autres souks comme celui nommé Souk El-Blat, Souk Ech-chaouchiya, souk En-Nhas : le cuivre et souk El-Kébabgia…


Page visitée 1610 fois