Mahdia

Est une ville tunisienne côtière qui se situe à environ deux cent kilomètres au sud de la capitale Tunis. La ville de Mahdia est le chef-lieu du gouvernorat portant le même nom et constitue une municipalité qu’en 2004 comporte 45 977 habitants.

mahdia

A l’origine, la ville fut construite à fleur de rochers sur une presqu’île de mille quatre cent mètres de longueur sur cinq cent mètres de largeur. Fut d’abord une citadelle interdite, et avant d’être abandonnée pour le Caire, la cité fut la première capitale de la dynastie des califes fatimides. Avec le temps, elle devient comme beaucoup d’autre un port sur le pourtour méditerranéen, mais ici il s’agit du premier port de pêche du pays ouvert à toutes les influences et toutes les conquêtes. Les chevaliers de Malte, Les normands de Sicile, les Espagnols ou aussi les Génois ont bien marquée leur empreinte dans cette petite cité…
En effet, le centre historique se situe sur la presqu’île et la ville s’étend vers l’intérieur des terres avec des quartiers nommé Zouila et Hiboun.
Dans l’économie locale, L’activité touristique pèse de plus en plus. Est la cité est considéré un centre tertiaire qui a développé petit à petit un pôle d’enseignement supérieur, bien sur avec l’établissement de l’Institut d’économie et de gestion en 1999.
D’après vous dans quelle ville de Tunisie on peu rassembler, mosquée millénaire, ruines monumentales et barques multicolores, tissage d’or et de soie halle aux poissons, forteresse de pirates, minarets ottomans et cafés de pêcheurs ? Bien sur à Mahdia.

Architecture et urbanisme :
A Mahdia on trouve quelques monuments et sites dignes d’intérêt tel que Bab Zouila une très importante porte fortifiée à l’époque qui date depuis le Xe siècle entre les années 916 et 921 puis fut réstauré au XVIe siècle, et constitue jusqu’à présent l’un des point d’accès au centre historique de la cité, aussi l’un des rares vestiges des anciens remparts.
Ou encore la fameuse Skifa Kahla, la  » porte noire  » de l’ancienne citadelle, qui constitue le marché hebdomadaire (le Vendredi), la Skiffa El Kahla se transforme en une véritable caverne d’Ali Baba, digne des Mille et une nuits, car on trouve des brodeuses et des couturière qui expose pour la vente les vieilles tisseuses, de très beaux costumes traditionnels, en étalent soierie et dorures, et un véritable marché d’or en bijoux s’y pratique. A ce propos, le costume traditionnel féminin de Mahdia est considéré sans conteste, le plus riche de la Tunisie, tant l’éclat de la soie aux couleurs vives le dispute aux broderies de fil en or.

La Grande Mosquée de masse austère reconstituée sur le plan de l’édifice fatimide et fondée en 916 par le chiite Ubayd Allah al-Mahdi, et qui a subit divers modifications ainsi que rénovations pour que finalement entre les années1961 et 1965 atteint conformément le premier plan du dixième siècle. On aperçoit, de simples barques de pêcheurs glissant au pied des rochers sur une mer de saphir qui évoquent aussi bien Malte. On voie aussi l’émouvant cimetière marin situé en front de mer qui s’étend à la pointe extrême, entre la forteresse turque et la porte des conquêtes, orgueilleuse ruine dressée dans l’eau, des femmes y reposent, selon la tradition ensevelies dans l’habit de soie, or et argent de leur mariages.
La mosquée Hadj Mustapha Hamza qui constitue un bel exemple d’architecture religieuse à l’époque ottomane,bâtis en 1772 puis restaurée au cours du XXe siècle.

Culture
A vocation régionale, la ville de Mahdia possède un musée, qui se situe dans les anciens locaux de la municipalité qui ont été entièrement rénovés pour accueillir les collections. Le musée a été inauguré en 1997 et ses collections présentent plusieurs pièces dont ; un ensemble de mosaïque, des céramiques appartenant aux périodes puniques et romaines, plusieurs objet de la période islamique et un trésor d’époque byzantine avec ses 268 monnaies d’or et à ce propos Mohamed Fantar à dit : « Au large de Mahdia, à quelques kilomètres au Nord-Est de cette ville prestigieuse, des pêcheurs d’éponges signalèrent en 1907 la présence d’objets antiques submergés. Le gisement contenait des colonnes, des chapiteaux ; les fouilles ont permis de constater qu’il s’agissait en fait de tout un bateau chargé d’objets d’art pour la construction d’un édifice somptueux… quelle riche cargaison ! Outre les colonnes, des chapiteaux, et de superbes cratères en marbre, on a retiré des chefs d’œuvre en bronze, tels que l’Agar, l’Eros Citharède, l’Hermès de Dionysos, la Naine dansante, la Course du Satire… et des sculptures en marbre, comme ce buste d’Aphrodite d’une beauté tout à fait divine. »
Économie
L’économie de Mahdia aujourd’hui est principalement basée sur la pêche, le tourisme et l’huile d’olive. En effet, le port de pêche est bien animé durant certaines heures, On peu aussi admirer des chalutiers équipés pour pêcher au lamparo. Le port possède ses propres conserveries conditionnant le poisson bleu.
En ce qui concerne la production de l’olive, en effet la ville est située à l’est d’une grande oliveraie, qui abrite des huileries et qui permettent de produire de l’huile d’olive ainsi que du savon qui est produit à base d’environ 72% d’huile d’olive.
La cité est aussi connue pour son excellente production de tissages comme la laine et le soie, et son artisanat comme le cuir, le bois, les bijoux, etc…

Les plages de Mahdia :
Les plages de la région son fabuleux et splendides, de sable fin blanc, abritant nombreux hôtels et l’histoire tourmentée de la cité en font une station balnéaire appréciée par les visiteurs de tout les coins du monde. Précisément en face du quartier de Hiboun on trouve la zone touristique (au nord de la ville) et la grande majorité des hôtels de la ville se trouvent en bord de mer et leur offre une vue magnifique.
Transport
La ville de Mahdia possède divers axes d’importance nationale, de même qu’une bretelle autoroutière reliée à l’autoroute qui mène de Tunis à Sfax. Et un grand nombre de lignes ferroviaires la relient vers Sousse, Sfax ou encore Monastir.
Elle ne possède pas un aéroport propre mais elle se situe à environ une heure de l’aéroport international de Monastir Habib-Bourguiba.